Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Autres ctés de Paroisses

 

AUTRES COMMUNAUTES DE PAROISSES

 

Saint Pierre et Saint Paul

Curé : Jean GANTZER

 

Paroisses de St Maximin, St Pierre, St Urbain et Beauregard

Secrétariat : Presbytère Saint Maximin

3 place de l’Eglise, Thionville -tél 03 82 54 36 06

Email : paroisse.saintmaximin@orange.fr

Blog : http://stpierrestpaul.over-blog.com

 

Communauté du Bon Pasteur

Curé : Jean Pierre KOVACS

Paroisses de Veymerange, Volkrange, et Terville

Secrétariat : Presbytère de Veymerange

16 rue Saint Martin – tél 09 52 71 15 32 ou 03 82 50 40 06

Email : bonpasteurcourriel@free.fr

Blog : http://bonpasteur.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 21:00

 

 

Repost 0
Published by Communauté de paroisses de la Sainte Famille - dans Edito
commenter cet article
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 20:46

Le Jour du Ressuscité

Pour ce deuxième dimanche de Pâques ou dimanche de la Miséricorde institué par Jean Paul II, dimanche particulier choisi par Benoît XVI pour célébrer sa béatification, je trouve ce passage de l'évangile de Jean fort intéressant car tous les ingrédients du Jour du Seigneur y sont déjà réunis. Oui, c'est vraiment le jour du Ressuscité ! C'est lui, le Sauveur qui par son irruption au milieu des apôtres apeurés et déboussolés, fait de ce groupe informe une assemblée vivante, accompagnée, soutenue et guidée pour lui donner la force de rendre témoignage. Il en est ainsi depuis lors, car de nos assemblées dominicales, Jésus en fait des assemblées reconnues, accueillies, pardonnées, renouvelées et recrées.

Il le fait aujourd'hui comme il l'a fait au milieu des siens : par le don de l'Esprit Saint qu’il insuffle par des signes mystérieux de sa présence. D'abord, il nous manifeste son pardon, nous libère du mal et nous réconcilie. Il ne cesse de guérir nos doutes comme celui de Thomas dans la contemplation d'un crucifié, ressuscité, qui nous montre à nouveau les plaies de sa passion. Puis, il nous offre sa Parole : communication de "l'Esprit qui a parlé par les prophètes" et d'autres disciples afin que nous croyions et que par notre foi nous ayons la vie. Puis, l'Esprit Saint nous achemine jusqu'à la profession de notre foi qui rejoint celle de Thomas, l'incrédule. Il nous souffle ces mots qui nous engagent à dire avec confiance : "Mon Seigneur, et mon Dieu." Enfin, le Christ dans le pain et le vin sanctifiés de son Eucharistie, continue à nous insuffler son Esprit pour vivre avec Lui en communion.

Comprenons ainsi que nous avons toujours à progresser dans l'intimité avec Celui qui nous sauve par son Esprit si nous confessons en Eglise et dans le monde, la réalité de son humanité et en même temps la splendeur de sa divinité. Faisons nôtres les premières paroles du Bienheureux Jean-Paul II : « N’ayez pas peur ! Ouvrez toute grande les portes aux Christ ! »

 

Alain OBRECHT

Vous pouvez voir l'intégralité du lien ici.

Bon dimanche de la Miséricorde

 

Repost 0
Published by Communauté de paroisses de la Sainte Famille - dans Edito
commenter cet article
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 01:58

Vivre mieux pour exister.



Vivre mieux pour exister plus
 : tel est le slogan qui ressort de l'évangile de ce jour qui se déroule là où tout est dérisoire : le désert. Lieu fascinant que les hommes désirent et redoutent à la fois. Un ailleurs plus radical, plus pur, plus vrai et qui permet à tout homme de vérifier les fondations de sa vie.

Vérification nécessaire, car au gré des événements, des choix, du temps, nous risquons de nous éloigner de l’essentiel, de perdre des repères et de troquer des valeurs sûres pour des ersatz. De troquer Dieu pour des idoles…

Le Christ fait l’expérience du désert. Il y vient poussé par l'Esprit. Tout Fils de Dieu qu'il est, il est à un moment crucial de son existence, à la croisée des chemins :

Ou suivre l'Esprit qui unifie, qui donne la paix et la joie ; ou écouter l’esprit du mal qui divise, qui sépare, qui avance masqué pour faire croire que son chemin est le vrai chemin, que sa lumière est la vraie lumière. Dans le désert, il arrive que le voyageur voie à l'horizon des étendues d'eau ; au fur et à mesure qu'il s'en rapproche, il s’aperçoit que ce n’était qu’un mirage….

- 40 jours nous sont donnés pour mieux nous regarder nous-mêmes et faire le ménage en nous. Nous tourner vers l'essentiel. Nous débarrasser de tout ce qui nous alourdit et empêche de progresser.

- 40 jours pour mieux regarder les autres. En famille et dans notre entourage, mieux se comprendre, faire la vérité, être l’égal de son frère… Essayer de porter sur les autres le regard même du Christ. Nos contemporains ont plus besoin de témoignages de solidarité que de grands discours.

- 40 jours pour mieux regarder le Seigneur. Le carême est un temps privilégié pour faire l’expérience de la présence de Dieu en nos vies. Quel bonheur de nous savoir aimés ! Prenons le temps de la prière, de la lecture, de la méditation de sa Parole. Pour donner sens, amour, joie à ce que l’on fait, à ce que l’on voit, à ce que l’on vit.

Et comme Jésus, assumons notre vie avec courage, audace et espérance ! Nous vivrons mieux, et nous existerons plus.

André SPANG
Repost 0
Published by Communauté de paroisses de la Sainte Famille - dans Edito
commenter cet article
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 01:55

 

Suis-moi ! 

Jésus marche au bord du lac de Galilée. Et il appelle. Et des hommes tout à fait ordinaires sont comme aspirés, happés par ce passant inattendu et encore inconnu. A deux d’entre eux, Jésus a bien laissé miroi­ter une vague promesse: « Je vous ferai pêcheurs d’hommes. » Sur le moment, ils n’ont sûrement pas compris. Et rien d’autre, ni contrat, ni promesse de salaire, ni perspective d’avenir, rien.

La soudaineté de pareilles vocations ne cesse de nous étonner, nous pose même des questions. Peu de gestes ont été aussi irréfléchis que la réponse à l’appel de Jésus dans les évangiles. Personne ne raisonne, ou ne soupèse le pour et le contre, ou ne marchande. On laisse tout tomber et l’on suit Jésus.

Dans quel but? Au service de quel projet? Jésus n’en a rien dit, et l’idée ne leur semble même pas être venue de lui demander des comptes à ce sujet. D’ail­leurs, ce n’est pas un quelconque but ni un quel­conque projet qui les ont ébranlés. Mais uniquement Jésus, sa personne et l’impérieux désir de le suivre, ou de demeurer là où lui demeure.

 Jésus. Qui est Jésus ? La lumière dans une vie morne et sans intérêt? En tout cas, c’est le coup de foudre pour les disciples. Ils ignoraient leur véritable faim et leur véritable soif, infiniment plus lancinante que leur barque et leurs filets. Ils ne savaient pas à quel point ils étaient bles­sés, et quel amour il leur faudrait un jour rencontrer pour guérir une telle blessure. Un seul regard, une seule parole de Jésus ont effleuré la blessure, et celle-ci s’est remise à faire mal. Mais au même moment, dans ce regard, au-delà de ces paroles, ils ont entrevu le seul qui pouvait les guérir, définitivement.

 

                                                                  Dominique THIRY+

Repost 0
Published by Communauté de paroisses de la Sainte Famille - dans Edito
commenter cet article
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 01:50

Peuple Saint

 

      J’aime ces paroles de l’Apôtre Paul s’adressant aux communautés chrétiennes au début de ses lettres leur  rappelant qu’elles sont le Peuple Saint. Elles le sont par grâce, don de Dieu et non par leurs mérites :

« Vous les fidèles qui êtes, par appel de Dieu, le Peuple Saint ».

        Sanctifiés par le Christ, nous portons en nous cette joie à la suite de    Jean Baptiste de pouvoir le désigner :

« Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ».

    

        Cela nous invite à voir le monde comme Jésus le voit, un monde aimé et  pardonné.

 

       Au cœur de la Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens, la communauté de paroisses de la Sainte Famille du pays thionvillois se rassemble en ce dimanche.

      Mes prédécesseurs n’ont pas manqué d’air en appelant notre communauté ainsi ! Cela nous engage aujourd’hui à vivre en famille. A nous accepter chacun avec notre originalité, notre  caractère…à nous soutenir mutuellement, quand nous sommes malades, quand nous venons de loin… avec patience, douceur… sans préjugés.

      Quand on vit bien en famille, elle est un lieu d’accueil, de convivialité pour tous ceux qui frappent à la porte. On ne leur demande ni âge, ni carte d’identité, ni leur religion, on expérimente un « vivre ensemble ».

Idéaliste ? … Sans doute ! Mais souvenons-nous :

« Vous les fidèles qui êtes, par appel de Dieu, le Peuple Saint »

et si nous n’y arrivons pas :

« Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ».

 

« Priez sans cesse ! » (1 Th 5,17)

comme nous le rappelle le thème de cette Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens

                                                      Serge PHILIPPI

 

 

Repost 0
Published by Communauté de paroisses de la Sainte Famille - dans Edito
commenter cet article
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 18:19

Non, Jésus ne se présentera pas aux élections prochaines afin de solliciter nos suffrages. Seul lui suffit celui de son Père : « Celui-ci est mon fils bien-aimé, celui qu’il m’a plu de choisir. Ecoutez-le ! » (Mt 17,5) Pourtant son programme pourrait nous intéresser. Il se résume en un mot : « Heureux ! »

Mais, me direz-vous avec pertinence, le programme de tous nos candidats est le même que celui de Jésus. « Soyez avec moi, et je vous rendrai heureux ! » Quelle différence ?

Il y en a une, et de taille. Dans la société qui est la nôtre, le bonheur arrive lorsqu’on sort de la pénurie, du manque. On est heureux quand on a réussi à avoir du pouvoir d’achat, quand on est le plus fort, qu’on est un gagnant, bref quand on est comblé !

Jésus, lui, nous dit : « Heureux vous les pauvres ! Pas après, quand vous serez sortis de votre pauvreté. Non, maintenant ! C’est votre pauvreté qui fait votre richesse. » Paradoxe qui me fait penser à cette parole de Jésus à propos de la miséricorde de Dieu : « Donnez et on vous donnera, une bonne mesure, tassée, secouée, débordante qu’on versera dans le pan de votre vêtement. » (Lc 6,38) C’est dans le mesure où nous serons vides que Dieu pourra nous combler. C’est la leçon de Jésus au jeune homme riche et le sens de l’appel qu’il nous lance à devenir comme des nourrissons. (Lc 18,15)

Les Béatitudes sont une  invitation à vivre dans l’aujourd’hui, comme Jésus. Il est pauvre et doux, il est compatissant et miséricordieux, il est artisan de paix et de justice. C’est à cause de cela (et non malgré) qu’il est profondément heureux. Disponible au bonheur de se savoir aimé par son Père, il est en chemin vers les hommes qui attendent tout de Lui. Vers nous aussi. Si nous sommes assez vides de nous-mêmes, il nous remplira du bonheur de ses élus.

Jean GANTZER

Repost 0
Published by Communauté de paroisses de la Sainte Famille - dans Edito
commenter cet article