Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Autres ctés de Paroisses

 

AUTRES COMMUNAUTES DE PAROISSES

 

Saint Pierre et Saint Paul

Curé : Jean GANTZER

 

Paroisses de St Maximin, St Pierre, St Urbain et Beauregard

Secrétariat : Presbytère Saint Maximin

3 place de l’Eglise, Thionville -tél 03 82 54 36 06

Email : paroisse.saintmaximin@orange.fr

Blog : http://stpierrestpaul.over-blog.com

 

Communauté du Bon Pasteur

Curé : Jean Pierre KOVACS

Paroisses de Veymerange, Volkrange, et Terville

Secrétariat : Presbytère de Veymerange

16 rue Saint Martin – tél 09 52 71 15 32 ou 03 82 50 40 06

Email : bonpasteurcourriel@free.fr

Blog : http://bonpasteur.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 23:55

Dimanche 21 février 2010 - 1er dimanche de Carême C

 

Edito

Une bonne tentation de Carême !

 

L'Évangile de ce premier dimanche de carême nous montre les changements qu’opère Jésus dans sa vie au moment où il quitte Nazareth pour entrer plus à fond dans sa mission. Jésus change de vie. C'est pour lui une sorte de tournant décisif, de conversion en quelque sorte. Il y a quelques jours encore, il était charpentier de village, à Nazareth. Il vient de recevoir son baptême au Jourdain, son « investiture » de prophète... Il est rempli de l'Esprit ! Avant de commencer son ministère, il éprouve le besoin de se retirer, seul, au désert. Il veut prier, réfléchir, choisir les «moyens» qu'il utilisera pour son œuvre. Il prend le temps de la réflexion, de la solitude, du silence intérieur. Au cours de ce «carême » qui commence, prendrai-je un temps de désert, un temps pour prier, réfléchir, me confronter avec moi-même et y voir plus clair?

Je contemple, en imagination, Jésus quittant les villages habités, et s'enfonçant vers les étendues caillouteuses, sans végétation, sans eau, sans humain. Il marche dans le désert où il va être mis à l'épreuve par Satan pendant quarante jours.

Le temps du désert, le temps du carême, c’est celui de l' «épreuve ». S'éprouver soi-même, c'est voir ce dont on est capable, ce qu’on peut donner encore... c’est faire ses preuves. L' «épreuve », en ce sens, est une chose très bonne. Un amour « éprouvé », c'est un amour qui a tenu, et dont on sait maintenant la solidité. Il a été purifié dans l’épreuve. En nous faisant demander à Dieu «de ne pas nous soumettre à la tentation, mais de nous délivrer du mal », Jésus ne nous suggère pas d'être préservés des tentations, mais d'en triompher, de ne pas être écrasés, vaincus, soumis par le mal. Jésus a vécu l'expérience austère de l'épreuve: ses tentations vont mettre en valeur sa fidélité à son Père.

Alors bonne tentation à tous, et bon Carême!

 

                                                                                  Dominique THIRY+


télécharger le bulletin paroissial :   ici



Partager cet article
Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 15:05
La Parole de Dieu

« "Revenez à moi de tout votre coeur, dans le jeûne, les pleurs et les cris de deuil !" Revenez au Seigneur, votre Dieu, car il est tendresse et pitié, lent à la colère, riche en grâce, et il a regret du mal. »
Livre de Joël, chapitre 2, versets 12 et 13


La méditation


Ainsi s'exprimait, vers 400 av. J.-C., le prophète Joël. Les circonstances sont dramatiques : une "catastrophe naturelle" s'est abattue sur la terre d'Israël, une invasion de sauterelles qui ravage sans répit les récoltes. On se sent totalement impuissant, découragé, désespéré, la proie d'une incompréhensible et irrésistible dévastation qui semble devoir ruiner tout espoir d'avenir.

D'une façon ou l'autre, c'est dans une situation et des circonstances similaires que se trouve aujourd'hui chacun d'entre nous - en ce jour précis où nous avons choisi d'entrer en Carême, d'emboîter le pas à Celui qui s'est mis en marche avec une force et une lucidité stupéfiantes vers la "catastrophe" de la Passion, pour être lui aussi le jouet de forces de mort et de destruction dont il sera finalement vainqueur. Si nous entrons en Carême, n'est-ce pas parce que nous reconnaissons qu'il y a quelque chose de catastrophique dans notre vie, quelque chose dont seul « le Seigneur notre Dieu » saura nous sauver ?

Il est de "grandes" catastrophes, comme celle qui frappe le peuple auquel s'adresse Joël ; mais une catastrophe n'est "grande" que de l'accumulation de catastrophes individuelles : que ce soit en définitive la vie ou la mort, le malheur ou le bonheur, la joie ou la souffrance, qui l'emporte et établisse son règne, de ténèbres ou de lumière, voilà qui n'a de réelle importance que pour autant qu'il en va de la vie et du bonheur des personnes singulières que nous sommes. Tous et chacun, nous sommes faits, nous le savons, pour la vie, le bonheur et la joie, et ce serait bien une insupportable catastrophe que le plus petit d'entre nous - « le plus petit d'entre les miens », dirait Dieu - puisse venir à en être définitivement privé. Et pourtant, c'est bien parce que nous ne nous sentons pas pleinement à l'abri d'une telle catastrophe, voire parce qu'elle nous a en fait déjà atteints, plus ou moins profondément, plus ou moins dramatiquement, nous-mêmes ou nos proches, que le message du prophète, le message de Carême, s'adresse à nous.

Que ce soit de notre faute (nos erreurs, nos aveuglements, nos manques de courage), plus ou moins de notre faute (comme il est parfois malaisé de voir clair à ce sujet !), voire pas de notre faute du tout (tout mal qui nous frappe quand « nous n'y sommes pour rien »), nous savons que le mal, la souffrance et la mort sont, d'une certaine façon, constamment à l'affût de la vie, de notre vie. C'est bien dans ces circonstances dramatiques que le prophète nous crie : « Reviens au Seigneur, ton Dieu ! ».

"Revenir au Seigneur", ne serait-ce pas une fuite, ou une solution simpliste devant des problèmes ou des situations complexes ? Non : c'est plutôt la solution radicale à ce qu'il y a de radical dans toute situation où il y va en définitive de la vie ou de la mort de quelqu'un. "Faire pénitence" ne signifie pas devoir se convaincre que « tout est de ma faute », que je ne suis absolument rien d'autre qu'un pécheur devant Dieu, qu'il n'est d'autre chemin vers la vie que la "mortification"…. Mais ce n'est certainement pas non plus l'extrême inverse : me convaincre que rien de ce qui relève de ma responsabilité personnelle ne puisse être en jeu dans la situation d'impasse, dans la situation de mort, qui me fait aujourd'hui - quand même ! - me tourner vers Dieu. Le Carême est avant tout un appel à notre liberté. À notre liberté la plus profonde.

Ma liberté la plus profonde est inextricablement faite de la reconnaissance de la grandeur incommensurable de Dieu, de ma grandeur tout aussi incommensurable de fils de Dieu - d'être créé « à l'image et à la ressemblance » de Dieu -, mais aussi de tout ce qui me sépare ou m'éloigne de Dieu, que j'en sois ou non directement responsable. Le Carême m'appelle donc aussi à la lucidité : je dois m'engager à tenter de faire le départ entre le mal que je fais, le mal que je me fais, et le mal que peut-être je ne fais que subir - tout cela, avant tout, à la lumière du vrai et ultime enjeu qui donne son sens à toute conversion : l'horizon de bonheur absolu que Dieu veut pour tout homme, et qui au fond ne réside nulle part ailleurs qu'en Lui. Même si tout mal qui m'atteint ne relève certainement pas de mon péché, il y a bien du péché en moi : une forme ou l'autre de refus de l'amour que Dieu me porte et du bien qu'il me veut ; tout bien que je veux et je fais, en revanche, je puis être sûr que s'il vient de moi, il vient aussi de Dieu, et que Dieu veut l'accomplir, le porter à cette plénitude sans laquelle nous savons qu'aucun bien ne nous satisfera jamais !

Voilà donc, au milieu de toute catastrophe, ce que crie le prophète : « Reviens à Dieu ! Décide-toi sur l'essentiel : décide-toi à être libre et lucide sur toi-même face à Lui ! Lui ne cesse de te tenir sous son regard, de t'aimer et de t'espérer ! ».
 
Retrouvez aussi la méditation de l'évangile de ce dimanche... en BD !
B.D. de la semaine

Retrouvez tous les jours une méditaion pour ce temps de carême
vous inscrire    

http://www.retraitedanslaville.org

 

Ce soir à 18H15 messe avec imposition de cendres

à Notre Dame de l'Assomption quartier St François

et à 20H00 prière pour la paix même lieu.


Partager cet article
Repost0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 23:00

Edito

Confiance

              L’expérience de la résurrection, rappelons-nous est faite par les femmes et les apôtres. Certains d’entre eux ont vu le tombeau vide, certains encore ont vu Jésus ressuscité qui leur est apparu. Cette expérience, St Paul en parle comme le fondement de notre foi. Il nous invite à y croire autant voir davantage que lui. Cet acte de foi nécessite de notre part une confiance, une adhésion du cœur et de l’esprit, car c’est en Dieu que se trouvent notre espérance et notre joie.

La confiance dont nous parle le prophète Jérémie pourrait nous sembler à sens unique. Ecoutons-le : « Maudit soit l’homme qui met sa confiance dans un mortel, qui s’appuie sur un être de chair, tandis que son cœur se détourne du Seigneur. » (Jr 17,5) Dieu seul est digne de confiance, Dieu est fidèle, comme le dit l’épître aux romains « l’espérance ne déçoit pas. » Cette confiance en Dieu seul est hautement louable. Elle n’implique pas cependant qu’elle doit être unique. Faisons confiance à nos proches, à notre entourage, nos amis, nos frères et nos sœurs… C’est avec et par les autres que nous pourrons avancer dans notre chemin de foi. Ne reconnaissons-nous pas la présence de Dieu en l’autre. L’Homme n’est-il pas le Temple du Saint-Esprit. Nos recherches du ciel, notre chemin vers la vie éternelle ne nous limite pas seulement dans une relation unique vers Dieu ; mais elle nous entraîne vers le bonheur avec nos frères et sœurs autour de nous. C’est l’esprit des béatitudes.

Alors, réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux. 

                 Jean-Christophe MEYER



Télécharger le bulletin paroissial :  ici
Partager cet article
Repost0
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 00:17

 Edito

AVANCE AU LARGE, SOIS SANS CRAINTE !

 

 

 

Difficile d’accepter d’avancer au large quand on est épuisé comme les disciples ce matin là. Mais l’empressement de Pierre à suivre le conseil de Jésus va ouvrir un nouvel horizon.  Qu’est-ce qui pousse à aller au large alors que l’on pense que la journée est achevée, que l’espoir est déçu. Nombreux sont les témoignages, des personnes malades,  souffrantes ou des personnes qui ont un handicap. Elles continuent d’avancer au large et jettent leur filet à l’appel de Jésus. Nombreux sont celles et ceux qui vont à leur rencontre pour  partager et  cheminer avec elles sur ces sentiers de  vie et d’espérance.

 

Hubert Renard, délégué à la pastorale de la santé du diocèse d'Arras, le rappelle :

Quand il n'y a plus d'espoir le Christ permet le passage à l'espérance. Sa réponse à la souffrance c'est d'oser l'affronter mais en Lui nous découvrons aussi l'horizon de toutes guérisons. C'est le mystère pascal, son heure, celle où il affronte le mal et passe de la mort à la vie. Son expérience est un appel pour tous les acteurs du monde de la santé mais aussi pour les personnes malades et handicapées. Il dit à chacun : « Avance au large, sois sans crainte ; Comme moi tu connaîtras l'épreuve au cœur de la nuit mais ta persévérance dans la foi sera d'une fécondité incalculable ».

 

Christine Wattiaux, défigurée par une maladie, affirme : toute personne souffrante peut, à l’exemple du Christ, être toute aimante, capable de don et de réciprocité dans la rencontre avec un bien portant.*

 

Sois sans crainte, quelle que soit ta situation,  ton état de santé, tu as toute la dignité des enfants de Dieu.

« Sois sans crainte » oser, rencontrer, espérer,  c’est pour aujourd’hui.

 

                                                                                                        Serge Philippi

 

 

 

Télécharger le lien de dimanche  31 janvier :  ici

Télécharger le lien de dimanche    7 février :   ici

 

 

 

Dimanche 7 février - dimanche de la santé

« SOIS SANS CRAINTE »

Forum

De 14h30 à 17h à la salle A. Schweitzer

 « Qu’est-ce que la Pastorale de la santé apporte aux personnes vivant une fragilité ? »   Plusieurs intervenants: Pastorale de la Santé- Foi et Lumière  - SEM : Service Evangélique des Malades -- Aumôneries des hôpitaux et maisons de retraite - Pastorale des personnes handicapées - Catéchèse spécialisée nous aideront à approfondir nos liens pastoraux avec les personnes atteintes d’un handicap.  Le groupe «Musique sans frontière» participera à l’animation de la journée.  Cette journée se terminera par la prière et le verre de l’amitié (ceux qui le souhaitent peuvent préparer quelques pâtisseries) Venez nombreux soutenir cette initiative. Cette journée se terminera par la prière et le verre de l’amitié . Venez nombreux soutenir cette initiative.

 

 

 

 

Sois sans crainte et va vers tes frères

 

Alors que tu te crois seul avec tes soucis ou ta maladie,

beaucoup sont avec toi au service de la vie.

Des mains ouvertes te sont offertes :

mains qui s’élèvent, mains qui élèvent,

mains des médecins et des voisins qui prennent soin,

main du cœur, mains des frères et sœurs,

et aussi mains du Seigneur.

écoute, il te dit :

malgré ton corps ou ton cœur endolori

affronte le monde ou la haute mer,

sois sans crainte et va vers tes frères,

car eux aussi, dans le tourbillon de la vie,

ont besoin de tendresse et d’amis

 

Hubert RENARD

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 18:09
Dimanche 24 janvier 2010 - 3ème dimanche de l'année C
Edito

Commencements

 

 

Au retour de mon séjour au Togo à la découverte de la réalité de l’Eglise de ce pays, comment ne pas être frappé par le contraste ? Une Eglise jeune et vivante, pleine d’enthousiasme et rayonnante de foi. Quel est donc le secret de cette jeunesse et de cette joie ? Et si l’Evangile d’aujourd’hui en dévoilait quelques éléments pour nous provoquer à vivre dans le même dynamisme ?

 

Deux récits de commencements : commencement de l’Evangile de St Luc et commencement de la mission de Jésus dans la synagogue de Nazareth. Ces commencements trouvent leur sens dans le service de la Parole de Dieu. Luc s’appuie sur tous les « serviteurs de la Parole » qui l’ont précédé pour affermir les chrétiens dans la foi. Et Jésus enseigne dans les synagogues « avec la puissance de l’Esprit ».

Et s’il était là, le secret … dans notre rapport à la Parole de Dieu que nous recevons comme un trésor à partager ?

 

La Parole de Dieu ne peut pas nous toucher autrement qu’en s’accomplissant en nous, en prenant chair en nous. La lecture continue de l’Evangile de Luc proposée dans le diocèse peut être un moyen de laisser le Seigneur faire de nous ses amis, ses « Théophile », remplis de l’Esprit de Dieu, joyeux d’annoncer la Bonne Nouvelle du salut à ceux qui l’attendent… aux pauvres, prisonniers, aveugles et opprimés d’aujourd’hui.

 

Si vraiment nous sommes convaincus que la Parole de Dieu s’accomplit aujourd’hui. Si nous croyons que c’est aujourd’hui que le Christ se manifeste dans nos vies. Si nous croyons que c’est aujourd’hui que nous avons à partager cette Bonne Nouvelle autour de nous, alors, notre Eglise retrouvera sa jeunesse et sa joie, celle des commencements.

« Au commencement était la Parole ».

 

 Jean-Christophe MEYER

 

 

 

Bulletin  paroissial de la Sainte Famille télécharger le PDF

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 15:55
 SOIRÉE DE PRIÈRE POUR L’UNITÉ DES CHRÉTIENS    
Célébration dans le cadre de la semaine  de prière  pour l'unité des chrétiens du 18 au 25 janvier
Mercredi 20 janvier 2010 de 20h00 à 21h00(ou plus) à l’Eglise Notre Dame de Thionville, 
avenue de Guise, quartier Saint François, préparée par l’équipe de l’ACAT ( Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture)
Il se fait que cette célébration tombe le troisième mercredi du mois où nous avions l'habitude depuis mai 2009 
de nous rassembler pour prier pour la paix dans le monde.
 Prochains rendez-vous: 17 février, 17 mars, 21 avril, 19 mai, 16 juin 2010
Partage du pique-nique à l’issue de ce temps de prière. 
 
Celles et ceux qui le voudront pourront après l'évangile dire en quelques phrases ce dont aujourd'hui ils sont témoins.
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 18:53

Message du Saint Père pour la 96ème journée mondiale du migrant et du réfugié (Dimanche 17 janvier 2010)

 Les migrants et les réfugiés mineurs

 

La célébration de la Journée mondiale du migrant et du réfugié m'offre à nouveau l'occasion de manifester la sollicitude constante que l'Eglise nourrit à l'égard de ceux qui vivent, de différentes façons, l'expérience de l'émigration. Il s'agit d'un phénomène qui, comme je l'ai écrit dans l'encyclique Caritas in veritate, impressionne en raison du nombre de personnes concernées, des problématiques sociales, économiques, politiques, culturelles et religieuses qu'il soulève, des défis dramatiques qu'il présente aux communautés nationales et à celle internationale. Le migrant est une personne humaine avec des droits fondamentaux inaliénables, qui doivent toujours être respectés par tous (cf. n. 62). Le thème de cette année — « Les migrants et les réfugiés mineurs » — touche un aspect que les chrétiens considèrent avec une profonde attention, se souvenant de l'avertissement du Christ, qui, lors du jugement dernier, considérera comme se référant à lui tout ce qui a été fait ou nié « à un seul de ces plus petits » (cf. Mt 25, 40.45). Et comment ne pas considérer parmi les « plus petits » également les mineurs migrants et réfugiés? Jésus lui-même, lorsqu'il était enfant, a vécu l'expérience du migrant car, comme le rapporte l'Evangile, pour fuir aux menaces d'Hérode, il dut se réfugier en Egypte avec Joseph et Marie (cf. Mt 2, 14).



Si la Convention des droits de l'enfant affirme clairement qu'il faut toujours protéger l'intérêt du mineur (cf. art. 3), auquel doivent être reconnus les droits fondamentaux de la personne au même titre que l'adulte, malheureusement, dans la réalité, cela n'est pas toujours le cas. En effet, tandis que croît dans l'opinion publique la conscience de la nécessité d'une action ponctuelle et incisive pour protéger les mineurs, dans les faits, un grand nombre d'entre eux sont laissés à l'abandon, et se retrouvent de diverses façons exposés au risque de l'exploitation. Mon vénéré prédécesseur Jean-Paul II s'est fait l'interprète de la condition dramatique dans laquelle ils se trouvent, dans le message envoyé le 22 septembre 1990 au secrétaire général des Nations unies, à l'occasion du Sommet mondial pour les Enfants. « Je suis témoin — écrivit-il — de la condition bouleversante de millions d'enfants dans tous les continents. Ils sont très vulnérables parce qu'ils sont les moins capables de faire entendre leur voix » (Insegnamenti, XIII, 1990, p. 672). Je souhaite de tout cœur que l'on réserve la juste attention aux migrants mineurs, qui ont besoin d'un milieu social qui permette et favorise leur développement physique, culturel, spirituel et moral. Vivre dans un pays étranger sans points de référence effectifs leur crée, en particulier à ceux qui sont privés du soutien de la famille, d'innombrables et parfois graves problèmes et difficultés.


Lettre solennelle du Pape adressée à l'Eglise catholique.

Nouvelle du salut annoncée aux hommes par Jésus.

Un aspect propre à la migration des mineurs est constitué par la situation des jeunes nés dans les pays d'accueil ou de celle des enfants qui ne vivent pas avec leurs parents émigrés après leur naissance, mais qui les rejoignent par la suite. Ces adolescents font partie de deux cultures avec les avantages et les problématiques liés à leur double appartenance, une condition qui offre toutefois la possibilité de faire l'expérience de la richesse de la rencontre entre différentes traditions culturelles. Il est important qu'il leur soit donnée la possibilité de fréquenter l'école et de s'insérer ensuite dans le monde du travail, et que l'on facilite leur intégration sociale grâce à des structures éducatives et sociales adéquates. Il ne faut jamais oublier que l'adolescence représente une étape fondamentale pour la formation de l'être humain.

Une catégorie particulière de mineurs est celle des réfugiés qui demandent l'asile, fuyant pour diverses raisons leur pays, où ils ne reçoivent pas de protection adéquate. Les statistiques révèlent que leur nombre est en augmentation. Il s'agit donc d'un phénomène qu'il faut étudier avec attention et affronter à travers des actions coordonnées, des mesures de prévention, de protection et d'accueil appropriées, selon ce que prévoit également la Convention des droits de l'Enfant elle-même (cf. art. 22).

Je m'adresse à présent en particulier aux paroisses et aux nombreuses associations catholiques qui, animées par un esprit de foi et de charité, accomplissent de grands efforts pour répondre aux nécessités de nos frères et sœurs.


Tandis que j'exprime ma gratitude pour ce qui est accompli avec une grande générosité, je voudrais inviter tous les chrétiens à prendre conscience du défi social et pastoral que représente la condition des mineurs migrants et réfugiés. Dans notre cœur retentissent à nouveau les paroles de Jésus: « J'étais un étranger et vous m'avez accueilli » (Mt 25, 35), ainsi que le commandement central qu'Il nous a laissé: aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit, mais uni à l'amour du prochain (cf. Mt 22, 37-39). Cela nous conduit à considérer que chacune de nos interventions concrètes doit se nourrir avant tout de foi dans l'action de la grâce et de la Providence divine.
De cette façon, l'accueil et la solidarité envers l'étranger, en particulier s'il s'agit d'enfants, devient également annonce de l'Evangile de la solidarité. L'Eglise le proclame lorsqu'elle ouvre ses bras et œuvre afin que soient respectés les droits des migrants et des réfugiés, en encourageant les responsables des nations, des organisations et des institutions internationales, afin qu'ils promeuvent des initiatives en leur faveur. Que la bienheureuse Vierge Marie veille maternellement sur tous et qu'elle nous aide à comprendre les difficultés de ceux qui sont loin de leur patrie. J'assure de ma prière tous ceux qui sont engagés dans le vaste monde des migrants et des réfugiés, et je donne de tout cœur ma Bénédiction apostolique.

Du Vatican, le 16 octobre 2009

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 15:54

Edito

  Dimanche 17 janvier 2010 - 2ème dimanche ordinaire C

le triomphe de l’Amour

 

 

            La liturgie de ce dimanche nous offre à méditer un magnifique texte de Saint Paul qui nous prépare à vivre ensemble la semaine de l’Unité des chrétiens prévue cette année du 18 au 25 janvier.

Il nous rappelle que l’Eglise n’est pas figée sur elle-même, un corps momifié jusqu’à la fin des temps. Elle demeure, au contraire, un Corps vivant et spirituel, animé et guidé par l’Esprit Saint qui unifie et sanctifie. Saint Paul nous apporte un éclaircissement remarquable sur l’action de Dieu dans la vie des hommes. Les dons et les manifestations de son Esprit sont multiples. Personne ne peut prétendre les posséder tous. Il ne doit pas y avoir concurrence ni opposition entre les dons personnels, les différents ministères ordonnés ou non et la diversité des engagements. Aucun d’entre nous n’est plus «» qu’un autre. Dans la complémentarité, avec humilité, soyons convaincus que pour Dieu, tout est don, tout est grâce. Il nous comble de toutes ses énergies. Energies créatrices de l’Amour dont chacun en reçoit une étincelle. Nous avons tous reçu un don nécessaire à la croissance de l’Eglise, peuple de Dieu. Car la finalité de tous les dons de l’Esprit, c’est bien la victoire de la Vie sur la mort, le triomphe de l’Amour.

Dans nos relations avec les autres traditions religieuses, nous n’avons pas à nous crisper sur la valeur de nos convictions. La condescendance, l’intolérance ou le mépris ne favoriseront certainement pas le vivre ensemble. La seule manière d’éviter de telles dérives est de nous «» dans l’Evangile du Christ. Celui qui offre à profusion du «vin» pour tous. Vin de la fête, vin du partage pour passer de la peur de nos différences à l’émerveillement de la diversité des dons du Dieu Unique. Chrétiens, juifs, musulmans, nous avons à être attentifs aux murmures de l’Esprit. Sans crainte, dans ce qui fait notre vie, allons jusqu’au bout de nous-mêmes car par l’association heureuse et riche de nos différences, Dieu a plus besoin de témoins que de protecteurs. 

 

Alain OBRECHT

 

 

0n ne t’appellera plus: «délaissée»,

On n’appellera plus ta contrée: «Terre déserte» Isaïe 62, 4.

 

17 janvier 2010 : Journée mondiale du migrant et du réfugié

 

 

 

ANNONCES DIMANCHE 17 JANVIER AU  24  JANVIER 2010

 

Les quêtes de ce dimanche 17 janvier sont destinées aux victimes du séisme en Haïti.

 

NOTRE DAME

 

 

Dimanche  17 janvier

10h30 - MESSE - Edmond et Raymonde SCHNITZLER - Défunts famille CHARFF.

Lundi  18 janvier

Ouverture de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

14h00 - Lecture de l'évangile de Saint Luc au presbytère.

Mardi  19 janvier

16h45 à 18h00 - Rencontre des enfants d'âge scolaire qui préparent le baptême , au  presbytère .

17h40 - Prière du chapelet

18h15 - MESSE -  Monique COLLIER -

20h15 - Réunion de préparation de la messe des familles , au presbytère.

Mercredi  20 janvier

10h30 - Rencontre des enfants de la 1ère communion de Manom et Notre Dame

14h15 - Rencontre du groupe de prière «üs» au presbytère

20h00 - Soirée de prière pour la Paix animée par l'ACAT.

Vendredi  22 janvier

18h15 - MESSE -  Défunts de nos paroisses.

Samedi  23 janvier

18h00 - MESSE des jeunes -

Dimanche  24 janvier

10h30 - MESSE - Didier RIVET - Hélène et Jean MOURER et Michel ROUTIS.

 

 

SAINTE ANNE

 

Samedi  16 janvier

18h00 - MESSE - Marie-Thérèse BENTZ-

Roman et Stanislawa HOFFMANN - Famille DAMIANI-IOCHUM - Familles CATTARUZZA-MARTINO-JACQUEMOD-

Pour les Victimes du séisme en Haïti.

Lundi  18 janvier

17h00 - MESSE aux Epis d’Or

17h00 - Prière du chapelet à la chapelle.

Mercredi  20 janvier

9h00 - Catéchisme pour les enfants de la première communion

13h30 - Rencontre des enfants de l'ACE.

Jeudi  21 janvier

9h00 - MESSE à la chapelle.

Vendredi  22 janvier

17h00 - Répétition de la chorale.

Samedi  23 janvier

14h00 - Réunion de la mission ouvrière du secteur thionvillois, salle Jean XXIII.

18h00 - MESSE

 

 

MANOM

 

 

Mercredi  20 janvier

9h30 - MESSE -

Dimanche  24 janvier

9h15 - MESSE - Irène PFEIFFER -  Odette STEPHANY-BRONQUUARD - Roger WALLERICH et famille WALLERICH-RETTER-MELLY - Raymond LEICK (anniversaire) -

 

GARCHE

 

Dimanche  17 janvier

9h15 - MESSE  - Josiane MANGIN -Intention particulière

Lundi  18 janvier

20h00 - Réunion VEA au presbytère.

Jeudi  21 janvier

14h00 - Réunion du MCR au presbytère.

Vendredi  22 janvier

9h00 - MESSE  - Lucien MALLINGER.

Dimanche  24 janvier

15h00 - Goûter paroissial au foyer communal de  Garche.

 

 

KOEKING

 

pas de messe dimanche  17 janvier

 

______________________

 

 

Nous avons accompagné dans la Paix de Dieu :

 

À Notre - Dame de Thionville :

Raymonde GUTH.

À Notre - Dame de Manom :

Daniel ANDRUSZKO

 

_____________________

 

CALENDRIER

 

Samedi 16 janvier : Saint Marcel

Dimanche 17 janvier : 2ème Dimanche du temps ordinaire C

Lundi  18 janvier : Sainte Prisca

Mardi  19 janvier : Saint Marius

Mercredi  20 janvier : Saint Sébastien et Saint Fabien

Jeudi 21 janvier : Sainte Agnès

Vendredi 22 janvier : Saint Vincent

Samedi 23 janvier : Saint Barnard

Dimanche 24 janvier : 3ème Dimanche du temps ordinaire C

Saint François de Sales

 

 


__________________

 

Autour de la Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié 2010

 

 

 L’église catholique a inscrit dans son agenda la date du dimanche 17 janvier 2010 pour la journée mondiale des migrants et des réfugiés.

Le thème de la 96° journée est «Migrants et réfugiés mineurs». Il nous est proposé de réfléchir sur les paroles d'Isaïe «ne t'appellera plus «délaissée», on n'appellera plus ta contrée «déserte». Isaïe 62,4.

Toutes les communautés chrétiennes sont invitées à porter leur regard et orienter leur action sur les mineurs migrants et réfugiés ce jour là, tel est le souhait du pape Benoît XVI.

A première vue certains pourraient se poser des questions car ils ne seraient pas en contact avec ces populations. Cependant n’est-ce pas une invitation à faire sienne une des préoccupations importante de l’église aujourd’hui, au cœur de ces grandes mutations?

Ce jour du 17 janvier, se savoir en communion de partage, de prière, d’action, avec l’ensemble des communautés chrétiennes, n’est-ce pas le signe de la mise en œuvre de cette fraternité tant désirée?

 

 
Remerciements pour la Vente des Spritz - Noël 2009

 

Tous les membres de l’équipe locale du CCFD de Thionville vous remercient pour votre mobilisation importante cette année encore lors de la vente des petits gâteaux de Noël. Ventes qui ont eu lieu à l'issue des messes de l’archiprêtré de Thionville: Notre-Dame, Sainte Anne, Saint Maximin, Saint Urbain, Saint Pierre, Manom et Garche. Nous avons pu récolter 997 euros pour soutenir les actions contre la faim et pour le développement durable des plus pauvres.  Soyez remerciés pour ce geste de partage.

Que Dieu Notre Père vous bénisse.

 

François-Pierre SAGBO, responsable de l’équipe locale du CCFD.

 



INFOS


Infos


 

SEMAINE DE PRIERE POUR  L’UNITE DES CHRETIENS  18 au 25 janvier 2010.  VOIR PROGRAMME  CI-DESSOUS

 

Soirée de prière pour la paix et pour l’unité des chrétiens Mercredi 20 janvier 2010 de 20h00 à 21h00 à l’Eglise Notre Dame de Thionville, préparée par l’équipe de l’ACAT. Partage du pique-nique à l’issue de ce temps de prière.

 

 

 

Appels à la Solidarité pour Haiti

Un tremblement de terre de magnitude 7 a frappé mardi la capitale Port-au-Prince, provoquant une "catastrophe majeure" dans le pays le plus pauvre des Amériques.

Un appel aux dons est engagé pour financer les premières initiatives qui sont organisées. Plusieurs mouvements d’Eglise sont présents sur le terrain.

 

Le Secours Catholique appelle à la mobilisation et aux dons financiers: http://www.secours-catholique.org/dossier_55.htm

 

Le CCFD-Terre Solidaire exprime sa solidarité envers les victimes du séisme à Port-au-Prince. Leurs chargés de mission sont à pied d'œuvre pour contacter les sept partenaires locaux avec lesquels il travaille depuis de nombreuses années. Aider le CCFD-Terre Solidaire:http://www.ccfd.asso.fr/ewb_pages/d/don_en_ligne.php

 

L’Aide à l’Eglise en Détresse appelle à prier pour Haïti, pour que Dieu console un peuple écrasé par les catastrophes, la misère, le désespoir. Marc Fromager, directeur de l'AED, explique: «ïti est l'un des pays prioritaires de notre Œuvre, et nos liens sont très étroits avec l'Eglise locale. J'appelle à la générosité de tous pour aider ce pays à se reconstruire».Aider l'AED: http://www.aed-france.org/nous-aider/don-ponctuel/

 

L’Organisation Internationale au secours d’urgence de l’Ordre de Malte (Malteser) est déjà présente sur le terrain avec une équipe de logisticiens et de secours médicaux. Des équipes complémentaires partent ce jour. L’Ordre de Malte France lance un appel aux dons: http://www.ordredemaltefrance.org/index.php?/Don-en-ligne.html

 

Les Conférences Saint-Vincent-de-Paul ont créé un fonds «ïti»rassembler le fruit de la générosité du public. L'argent collecté va être envoyé aux Conférences de Saint-Vincent-de-Paul locales pour aider à la reconstruction du pays. Aider les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul: http://www.ssvp.fr/menus/nous-aider-a-aider/faire-un-don

 

Semaine de prière pour l'unité des chrétiens

Une fois par année au moins, de nombreux chrétiens prennent conscience qu'il existe des manières très diverses d'adorer Dieu. Les cœurs sont ainsi touchés et les gens constatent que les usages de leurs prochains ne sont pas si étranges.

La manifestation qui déclenche cette prise de conscience porte le nom de Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Célébrée traditionnellement du 18 au 25 janvier (dans l'hémisphère nord) ou à la Pentecôte (dans l'hémisphère sud), la Semaine de prière s'intègre dans la vie des paroisses du monde entier: on procède à des échanges de chaires et on organise des cultes œcuméniques spéciaux.

Les partenaires œcuméniques d'une région donnée sont invités à préparer un texte de base sur un thème biblique. Il est ensuite examiné par un groupe international de participants issus du COE (protestants et orthodoxes) et de l'Eglise catholique romaine pour s'assurer qu'il est en relation avec la quête de l'unité de l'Eglise.

Thème pour  2010

De tout cela, c'est vous qui êtes les témoins.- Luc 24, 48

Le thème pour 2010 a été choisi en Ecosse, où les Eglises préparaient les célébrations pour l'anniversaire de la Conférence mondiale des missions de 1910 - qui a marqué le commencement du mouvement œcuménique moderne - sur le thème

"Témoigner du Christ aujourd’hui".

 

 

«Crise ou mutation :  l’Eglise en question»

CONFERENCE CHRETIENNE,

 Jeudi 21 janvier à 20h30, salle des capitulaires du Beffroi de Thionville par Philippe BOISSE, curé à Hayange et Matthias DIETSCH, pasteur à Yutz. Entrée libre. Il y a quatorze ans, la Lettres aux catholiques de France soulignait la nécessité de comprendre notre situation de catholiques dans la société actuelle. De leur côté, beaucoup de protestants estiment qu'il nous faut transformer nos échelles de valeurs dans l'Eglise. Mais peut-on réellement envisager un renouvellement du savoir-vivre chrétien pour les générations présentes? Le volontarisme de la pastorale seul suffira-t-il à perpétuer la tradition de foi? Quel espace possible de crédibilité où la pratique croyante puisse être reçue aujourd’hui pour ce qu’elle est? Comme autant de questions posées à notre vie ecclésiale et à notre réflexion.


  Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens 2010     

 

 

à partir du 18 janvier                                    «… De tout cela, c’est vous qui êtes les témoins »    Luc 24, 48

                  

Lundi 18/01                12h30      Crypte St Nicolas de Yutz. Jeûne, méditation et prière.

 

Mardi 19/01                12h30      Temple de Yutz. Jeûne, méditation et prière.

 

Mercredi 20/01     12h30   Crypte St Nicolas de Yutz. Jeûne, méditation et prière.

                                    20h                     Eglise Notre-Dame de Thionville.

     Prière pour la paix et l’unité des chrétiens

 préparée par l’Action des     Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT).

 

Jeudi 21/01      12h30      Temple de Yutz. Jeûne, méditation et prière.

                                   20h30    Salle du Beffroi à Thionville. Conférence :

« Crise ou mutation : l’Eglise en question »

Il y a quatorze ans, la Lettres aux catholiques de France soulignait la nécessité de comprendre notre situation de catholiques dans la société actuelle. De leur côté, beaucoup de protestants estiment qu'il nous faut transformer nos échelles de valeurs dans l'Eglise. Mais peut-on réellement envisager un renouvellement du savoir-vivre chrétien pour les générations présentes? Le volontarisme de la pastorale seul suffira-t-il à perpétuer la tradition de foi? Quel espace possible de crédibilité où la pratique croyante puisse être reçue aujourd’hui pour ce qu’elle est? Comme autant de questions posées à notre vie ecclésiale et à notre réflexion.proposées par Philippe BOISSE, Curé à Hayange, et Matthias DIETSCH, Pasteur à Yutz.

 

Vendredi 22/01     12h30 Crypte St Nicolas de Yutz. Jeûne, méditation et prière.

                                   20h15    Eglise St Willibrord de Basse-Ham

Répétition des chants de la célébration du 24/01

 

Samedi 23/01             12h30      Temple de Yutz. Jeûne, méditation et prière.

                                    20h      Temple de Yutz. Veillée chansons

animée par le Pasteur Jean Jacques DELORME,

et le groupe Unit’Music.

 

Dimanche 24/01   10h30   Eglise St Willibrord de Basse-Ham

Célébration œcuménique, avec animation pour les enfants.

 

Lundi 25/01                12h30      Temple de Yutz. Jeûne, méditation et prière.

 

Mardi 26/01                20h00      Salle paroissiale de Koenigsmacker

« Etre témoins ensemble… »

Soirée de rencontre animée par la communauté de Sierck.

Nous y partagerons les questions, les convictions retenues au cours des temps de prière et méditation proposés chaque jour à 12 h30.

 

Communautés de Paroisses Catholiques et Protestantes

Secteurs de Thionville, Yutz  et Trois Frontières

 

 

 

 

 


Mémoires d’un nègre

 


Ce soir assis dans mon fauteuil

Je regarde ma vie comme d’un soupirail

Elle ne m’a pas beaucoup souri la canaille

Et sans sourire elle me conduit au cercueil

 

Pendant des ans j’ai servi de cobaye

De labo en labo, l’histoire dure toujours

D’espoir essoufflé, sans horizon je pars

Balayer les rues de mes ancêtres les Gaulois

 

Il y a cinq mille ans que l’histoire court

Que j’aurais vu la nudité d’un père

Et par malédiction la peau noire je traîne

Sous le soleil et des hommes la haine

 

Dieu n’a pas créé l’ébène de ma croix

Une âme pour un clown en goudron?

Dieu  l’a-t-il jamais dit, vraiment

Ils l’ont entendu et en ont fait loi

 

Quand ils m’ont préféré aux indiens du Couchant

Mon grand-père pour du sucre et pour un pagne

Envoya mon père labourer au bagne

De la traversée vers le nouveau monde

 

Sans espoir comme des sardines en boîte de cinq

Jetés en mer aux requins les Bermudes en témoins

Pour eux là-bas il bossa la canne à sucre

Qui trompa mon oncle pour mon cousin

 

Quand mon père put s’émanciper par l’abolition

Ce fut mon tour de travailler

De nuit et de jour pour le colon

De lui planter café et coton

 

Banni de l’école, sous le soleil et la pluie

Traçant route et autoroute, mettant des rails

Pour que mon commandant circule au vent

Et rejoint mon frère pour le soumettre

 

Et après moi, c'est pour mon fils

D'avoir le diplôme sans grand boulot

Il est parti hier sur une pirogue

S'il ne meurt en route il sera sans papier

 

 Un jour il sera rapatrié vers sa terre

 Qui ploie d'expatriés sans papier

 Car pour le blanc, le noir est couleur

 D'insécurité et la tache menace

 

Je partirai bientôt vers mes aïeux

Pour panser les plaies qui me gangrènent

Pour un peu de joie et de repos

S’il plait à Dieu qu’ils n’y soient pas

 

 


Léonard Delamour  KATCHEKPELE

 

---------------------
Télécharger le lien Dimanche 17 janvier 2010 - 2ème dimanche ordinaire C en PDF :   ici
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 15:00
affiche 2010
Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié
Consacrée aux mineurs, elle aura lieu le 17 janvier 2010. Dans son message, le pape Benoît XVI fait le lien avec l'Evangile : « Celui qui accueillera un enfant comme celui-ci en mon nom, c'est moi qu'il accueille ». (Mt 18,5)

Mgr Shockert, évêque de Belfort et responsable de la Pastorale des Migrants, propose un éclairage sur la situation française.

On ne t'appellera plus : « La délaissée », on n'appellera plus ta contrée: « Terre déserte » (Isaïe 62,4).

Chers frères et sœurs,
Les mots du prophéte Isaïe résonnent d'une manière particulière en cette Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié du 17 janvier 2010.
Le visage des migrants et des réfugiés en France prend de plus en plus souvent les traits de mineurs. Avec ou sans leurs parents ils fuient leur pays en guerre ou trop pauvre pour les nourrir. Ils sont des milliers de mineurs à emprunter les routes de la migration. Ces routes, semées d'embûches pour un adulte, sont encore plus éprouvantes pour un plus jeune.

Déjà, dans son message pour la journée du migrant et du réfugié de 2007, Benoît XVI nous invitait à regarder de plus près les nombreux enfants et adolescents concernés par la migration. Il écrivait : « il est impossible de se taire face aux images bouleversantes des grands camps de réfugiés présents dans les diverses parties du monde. Comment ne pas penser que ces petits êtres sont venus au monde avec les mêmes attentes légitimes de bonheur que les autres ? Et en même temps, comment ne pas rappeler l'importance fondamentale que revêtent les phases de l'enfance et de l'adolescence pour le développement de l'homme et de la femme, et qu'elles requièrent stabilité, sérénité et sécurité ... Comment peuvent-ils considérer leur avenir avec confiance ? »

Cette journée mondiale doit nous aider à porter un regard de foi, à ouvrir notre cœur et notre raison à la situation trop souvent dramatique des mineurs migrants et réfugiés, celles et ceux qui sont trop souvent délaissés, considérés comme quantité négligeable. Nous sommes invités à prier et à réfléchir sur les situations dramatiques des mineurs migrants et réfugiés dans notre société et à voir comment nous répondons à l'appel du Seigneur qui retentit au cœur de l'Evangile : « celui qui accueillera un enfant comme celui-ci en mon nom, c'est moi qu'il accueille ». (Mt 18,5)

Les mineurs migrants et réfugiés sont fragilisés par les conditions du voyage vers une terre susceptible de les accueillir ; ils le sont par leurs conditions de vie et celles de leurs familles, quand ils ne sont pas seuls, livrés à eux-mêmes, sans repères culturels et familiaux solides.

Les enfants s'adaptant plus rapidement à la société qui les accueille se retrouvent bien souvent « parentifiés », devant agir en quasi- tuteurs de leurs parents ; ce qui entraîne un bouleversement de l'équilibre familial.

Bien souvent, ils ne connaissent pas les raisons qui ont amené leurs parents à émigrer. Un nécessaire dialogue à ce sujet s'impose. Comment aider les parents à s'exprimer devant leurs enfants ?

Ces jeunes vivent des tensions d'ordre culturel. Ce qu'ils ont reçu de leurs parents et ne peuvent renier sous peine d'une rupture de la filiation, entre en conflit avec ce qu'ils découvrent à l'école et dans les relations avec d'autres enfants de leur âge... Comment être « comme les autres » tout en étant différents ?

Bien souvent la différence est telle qu'ils développent un fort sentiment de honte, à cause d'une perception dévalorisante de leur origine. De nombreux enfants vivent très difficilement le fait que leurs parents soient sans-papiers, en situation irrégulière ou clandestine ; ils vivent les peurs de leurs parents sans en avoir le système de défense psychique ; leur foi, souvent naissante ou encore trop fragile, n'est pas assez forte pour maîtriser ce handicap.

Les relations entre enfants de toutes origines tiennent une place importante. Les enfants ont la capacité de vivre une solidarité naturelle; ils sont attentifs aux besoins et états émotifs de leurs petits camarades venus d'ailleurs. Le Réseau Education Sans Frontières témoigne que des enfants ont mis au courant leurs parents sur le sort de leurs camarades de classes interpellés ou dont les parents étaient placés en rétention. Des équipes de JOC ou d'ACE ont soutenu leurs copains et copines vivant ces situations difficiles ou dramatiques.

Aujourd'hui à tous ces enfants et ces jeunes, n'ayons pas peur de dire: « Chers, enfants, chers jeunes, gardez vivant ce sens de l'accueil de vos camarades quand vous les accueillez, quand vous êtes leurs amis, vous êtes vraiment les disciples de Jésus ».

A ces jeunes enfants et mineurs migrants et réfugiés, osons dire: « L'Eglise est votre maison, l'Eglise est votre famille. Votre vie est précieuse à nos yeux, parce qu'elle l'est aux yeux de Dieu. Nous ne vous abandonnons pas. »

Aux communautés chrétiennes de nos diocèses, rappelons, à temps et à contre temps, que le message de l'EVANGILE
n'est pas un formulaire à choix optionnels multiples. « Celui qui accueillera un enfant comme celui-ci en mon nom, c'est moi qu'il accueille » : donnons toute sa force à cette affirmation du Christ.

L'occasion nous est donnée en cette Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié de vivre des temps de rencontre et de réflexion. Saisissons-la afin que nos engagements, petits ou grands, contribuent à construire une société plus fraternelle pour nos enfants: leur avenir nous concerne, aidons-les à le construire.

Mgr Claude Schockert
Evèque de Belfort-Montbéliard
En responsabilité de la Pastorale des Migrants
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 11:25

Appels à la Solidarité pour Haiti

 

Haiti.jpg

Un tremblement de terre de magnitude 7 a frappé mardi la capitale Port-au-Prince, provoquant une "catastrophe majeure" dans le pays le plus pauvre des Amériques.

Un appel aux dons est engagé pour financer les premières initiatives qui sont organisées. Plusieurs mouvements d’Eglise sont présents sur le terrain.

Le Secours Catholique appelle à la mobilisation et aux dons financiers : http://www.secours-catholique.org/dossier_55.htm

Le CCFD-Terre Solidaire exprime sa solidarité envers les victimes du séisme à Port-au-Prince. Leurs chargés de mission sont à pied d'œuvre pour contacter les sept partenaires locaux avec lesquels il travaille depuis de nombreuses années.
Aider le CCFD-Terre Solidaire : http://www.ccfd.asso.fr/ewb_pages/d/don_en_ligne.php 

L’Aide à l’Eglise en Détresse appelle à prier pour Haïti, pour que Dieu console un peuple écrasé par les catastrophes, la misère, le désespoir. Marc Fromager, directeur de l’AED, explique : « Haïti est l’un des pays prioritaires de notre Œuvre, et nos liens sont très étroits avec l’Eglise locale. J’appelle à la générosité de tous pour aider ce pays à se reconstruire ».
Aider l’AED :
http://www.aed-france.org/nous-aider/don-ponctuel/

 

L’Organisation Internationale au secours d’urgence de l’Ordre de Malte (Malteser) est déjà présente sur le terrain avec une équipe de logisticiens et de secours médicaux. Des équipes complémentaires partent ce jour. L’Ordre de Malte France lance un appel aux dons : http://www.ordredemaltefrance.org/index.php?/Don-en-ligne.html

 

Les Conférences Saint-Vincent-de-Paul ont créé un fonds « Haïti » pour rassembler le fruit de la générosité du public. L’argent collecté va être envoyé aux Conférences de Saint-Vincent-de-Paul locales pour aider à la reconstruction du pays. Aider les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul : http://www.ssvp.fr/menus/nous-aider-a-aider/faire-un-don

Partager cet article
Repost0