Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Autres ctés de Paroisses

 

AUTRES COMMUNAUTES DE PAROISSES

 

Saint Pierre et Saint Paul

Curé : Jean GANTZER

 

Paroisses de St Maximin, St Pierre, St Urbain et Beauregard

Secrétariat : Presbytère Saint Maximin

3 place de l’Eglise, Thionville -tél 03 82 54 36 06

Email : paroisse.saintmaximin@orange.fr

Blog : http://stpierrestpaul.over-blog.com

 

Communauté du Bon Pasteur

Curé : Jean Pierre KOVACS

Paroisses de Veymerange, Volkrange, et Terville

Secrétariat : Presbytère de Veymerange

16 rue Saint Martin – tél 09 52 71 15 32 ou 03 82 50 40 06

Email : bonpasteurcourriel@free.fr

Blog : http://bonpasteur.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 15:28

L'histoire de la fille qui ne savait pas s'agenouiller


J’ai envie aujourd’hui de vous raconter L'histoire de la fille qui ne savait pas s'agenouiller. J’ai envie de vous la raconter à l’époque où il est important de s’asseoir au premier rang dans la société ou bien encore de vivre debout. C’est l’histoire d’une jeune juive hollandaise, plus âgée qu’Anne Franck, qui a consigné par écrit dans un journal, non seulement ce qu’elle vivait, mais aussi ce qu’elle ressentait. Sa correspondance est un témoignage précieux sur ce qui s’est passé entre 1941 et 1943 à Amsterdam. Pourtant, il faudra attendre trente huit ans pour que ses écrits soient traduits en néerlandais. Depuis La vie bouleversée d’Etty Hillesum connaît un succès certain. Cet itinéraire singulier sera présenté salle Braun, rue Mozart, le mercredi 21 mars 2012.

Il est courant d’entendre dire que la souffrance, le mal éloignent de Dieu. Décidée à être « un baume sur tant de blessures », Etty va demander à travailler au camp de Westerbork, l’équivalent du camp de Drancy en France comme aide sociale alors que s’organisent les déportations hebdomadaires vers les camps d’extermination d’Auschwitz, de Bergen-Belsen et de Sobibor. Elle invente, elle découvre pour ainsi dire l’humanitaire, qui ne consiste pas simplement à apporter une aide matérielle, mais surtout à sauver la part d’humanité en chaque homme. Etty écrira : « Si nous ne sauvons des camps, où qu'ils se trouvent, que notre peau et rien d'autre, cela ne suffira pas. Ce qui importe, en effet, ce n'est pas de rester en vie coûte que coûte, mais la façon de rester en vie ? » Mais d’où lui vient cette conviction, cette foi en l’humanité ?

Vous connaissez cette rencontre de frère Christian, moine à Tibhirine avec Mohamed qui lui a demandé de lui apprendre à prier. Un jour, il trouva la formule pour solliciter un rendez-vous : ''Creusons notre puits !'' Sur le mode de la plaisanterie, Frère Christian lui pose alors cette question : ''Qu'est-ce que nous allons trouver ? De l'eau musulmane ou de l'eau chrétienne ?'' Il l'a regardé, mi-rieur, mi-chagriné : « Tu sais,  au fond de ce puits-là, ce que je trouve : c'est l'eau de Dieu. » Cette image du puits coïncide avec la découverte d’Etty Hillesum. Influencée par Julius Spier, ce psycho-chirologue lui met la Bible entre les mains, mais aussi Saint Augustin. Samaritaine du XXème siècle, elle écrit : « 4 août 1941 : La source intérieure où je m’abreuve s’envase perpétuellement – et puis je pense trop. Mes idées flottent autour de moi comme un vêtement trop ample, où j’ai la place pour grandir… »  et quelques jours plus, elle poursuit :« Il y a en moi un puits très profond. Et dans ce puits, il y a Dieu. Parfois je parviens à l’atteindre. Mais le plus souvent, des pierres et des gravats obstruent ce puits et Dieu est enseveli. Alors il faut le mettre à jour. » 

Cette découverte, Etty Hillesum n’a pas pu la faire debout au milieu des lectures des cercles snobes. Cette découverte, c’est agenouillée au cœur du mal et de la barbarie, qu’elle a pu la faire. Comment cela s’est-il passé ? Elle écrit dans son journal : « Hier soir, juste avant de me coucher, je me suis retrouvée tout à coup agenouillée au milieu de cette grande pièce, entre les chaises métalliques, sur le tapis de sparterie aux tons clairs. Comme cela, sans l'avoir voulu. Courbée vers le sol par une volonté plus forte que la mienne. Il y a quelque temps je me disais : « Je m'exerce à m'agenouiller. » J'avais encore trop honte de ce geste, aussi intime que ceux de l'amour, dont on ne peut parler non plus, à moins d’être poète. » Elle pense alors intituler son journal : L'histoire de la fille qui ne savait pas s'agenouiller.

Agenouillée au chevet de la vie, elle écrit : " La vie est une chose merveilleuse et grande. Après la guerre, nous aurons à construire un monde entièrement nouveau, et à chaque exaction, à chaque nouvelle cruauté, nous devrons opposer un petit supplément d'amour et de bonté à conquérir sur nous-mêmes. " Il faut pour cela ouvrir son oreille intérieure… " Hineinhorchen - je voudrais pouvoir trouver une bonne expression néerlandaise pour traduire ce que cela signifie. En fait, ma vie est un hineinhorchen continuel en moi-même, dans les autres, en Dieu. Et lorsque je dis hineinhorch, (que j'écoute au fond à l'intérieur), cela veut dire finalement que c'est le Dieu lui-même qui écoute au plus profond en moi, écoute ce qu'il y a de plus essentiel et de plus profond en l'autre. Dieu parle à Dieu " (17 septembre 1942).

Pour conclure, je vous partage ce refrain qui trotte dans ma tête : « ECOUTE EN TOI LA SOURCE QUI TE PARLE D’AIMER, ECOUTE EN TOI LA SOURCE DE L’ETERNITE, ECOUTE EN TOI LA SOURCE QUI TE FAIT PRIER. » (Louis-Marie Grimaud)

Thierry Min

 

Théâtre : « ETTY HILLESUM :   L’ESPACE INTIME DU MONDE »

Jeudi 22 mars à 20h30 Foyer Albert Schweitzer à coté du temple,

Passage du temple THIONVILLE.

Entrée 10€.

Partager cet article

Repost 0
Published by Communauté de paroisses de la Sainte Famille - dans Archiprêtré
commenter cet article

commentaires