Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Autres ctés de Paroisses

 

AUTRES COMMUNAUTES DE PAROISSES

 

Saint Pierre et Saint Paul

Curé : Jean GANTZER

 

Paroisses de St Maximin, St Pierre, St Urbain et Beauregard

Secrétariat : Presbytère Saint Maximin

3 place de l’Eglise, Thionville -tél 03 82 54 36 06

Email : paroisse.saintmaximin@orange.fr

Blog : http://stpierrestpaul.over-blog.com

 

Communauté du Bon Pasteur

Curé : Jean Pierre KOVACS

Paroisses de Veymerange, Volkrange, et Terville

Secrétariat : Presbytère de Veymerange

16 rue Saint Martin – tél 09 52 71 15 32 ou 03 82 50 40 06

Email : bonpasteurcourriel@free.fr

Blog : http://bonpasteur.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 15:37

11 avril 2010,  2ème Dimanche de Pâques C

 

Edito

 

JUMEAU !

Nous voudrions tellement toucher  le Ressuscité, comme Thomas notre jumeau. Mais que voulait-il donc toucher ? Il voulait toucher les plaies de Jésus.

« Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets la main dans son côté, non, je n'y croirai pas. » Les plaies sont le rappel des souffrances de Jésus, les cicatrices de son passage sur la terre. Cette vie terrestre lui a laissé des marques, jusqu’à celle  profonde d’un cœur transpercé, d’un amour entièrement donné. Pourquoi cette insistance de Thomas d’en faire personnellement le constat, pourquoi ce soupçon sur les paroles de ses amis ?

Comme lui nous ne pouvons engager notre vie que si nous vérifions par nous-mêmes, que si nous sommes touchés au plus profond de nous-mêmes par cette mort et cette résurrection de Jésus. Voir, toucher moi-même les plaies de Jésus, n’est-ce pas l’expérience que je fais quand je suis saisi de l’intérieur par sa présence  à mes côtés. Le voir là présent avec tout le poids des refus des hommes, de mes propres refus, avec toutes les marques sur son corps et la puissance de sa résurrection, de son pardon et  cet appel qu’il me lance à le suivre.

Et le suivre ce sera alors le rencontrer au cœur de mes blessures, de mes souffrances, de tous ces coups durs de la vie.

Le suivre ce sera alors reconnaitre la puissance de sa résurrection dans mes blessures et toutes celles des personnes que j’approcherai. Ses plaies, nos plaies, les plaies du monde seront alors les lieux de sa manifestation.  

« Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d'être incrédule, sois croyant. »

Croyant je deviens alors jumeau de Jésus pour cicatriser en lui toutes les blessures du monde.

Christ est vraiment ressuscité, Alléluia !

                              Serge PHILIPPI

 

 

 

RESURRECTION

 

Lentement la porte s'était refermée

Et le noir du tombeau s'était affirmé

Lourd de l'obscurité de mon cœur

Sec comme un lendemain sans espoir

 

Me revient encore le cri sur la croix

Mon Père m'aurait-il abandonné

Me revient l'angoisse des Oliviers

Même ma force s'en était allée

 

Je n'entends plus rien à la ronde

Serait-ce à cause du bruit de la foule

Je ne vois plus rien mon Dieu

Serais-je donc vraiment mort

 

C'est un long samedi sans pareil

et comme pour un hiver trop long

j'ai peur d'un printemps trop court

ou qui ne vienne même plus

 

le calme, c'est une heure où la vie défile

pour me rappeler, bienheureux souvenir

ma maman me disant que je suis un phénix

que mon cercueil me serait nouveau berceau

 

Et moi qui lui disais taquin

C'est une histoire pour enfant sage

Voilà que j'y repense comme soudain

Et je l'entends qui me répète

 

On ne meurt jamais pour toujours

Quand on a aimé toute sa vie durant

C'est une lumière qui perce les nuits

Une espérance au creux d'espoirs déçus

 

L'amour même celui qui ne dit rien

Est toujours promesse de résurrection

C'est une force à réveiller les morts

A redonner vie aux ossements desséchés

 

Et soudain

 

Dans le sombre d'une tombe lugubre

Pointe la lumière de mon être nouveau

Mes veines vidées par mon cœur percé

S'abreuvent à une source nouvelle

 

Mon corps flétri de coups de fouet

Respire comme un nouvel air

Et j'entends les oiseaux chanter

Comme l'ode d'une nouvelle ère

 

Brusquement la porte se rouvre

Une lumière perce le noir tombeau

Qui vient de mon cœur  rajeuni

Je suis ressuscité, n'ayez pas peur

  

---------

 

 Pour télécharger le bulletin paroissial en format PDF

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires