Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Autres ctés de Paroisses

 

AUTRES COMMUNAUTES DE PAROISSES

 

Saint Pierre et Saint Paul

Curé : Jean GANTZER

 

Paroisses de St Maximin, St Pierre, St Urbain et Beauregard

Secrétariat : Presbytère Saint Maximin

3 place de l’Eglise, Thionville -tél 03 82 54 36 06

Email : paroisse.saintmaximin@orange.fr

Blog : http://stpierrestpaul.over-blog.com

 

Communauté du Bon Pasteur

Curé : Jean Pierre KOVACS

Paroisses de Veymerange, Volkrange, et Terville

Secrétariat : Presbytère de Veymerange

16 rue Saint Martin – tél 09 52 71 15 32 ou 03 82 50 40 06

Email : bonpasteurcourriel@free.fr

Blog : http://bonpasteur.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 11:59

150_250_-jmmr_2014_affiche_petit.jpg100° JOURNEE MONDIALE DU MIGRANT ET DU REFUGIE 2014

 

Témoignages de personnes du secteur de Thionville

 

Il y a eu la guerre de religion dans mon pays, j'ai perdu tout ce que j'avais y compris ma nationalité Ivoirienne. Cette Nationalité m'a été refusé parce que les autorités  Africaines ont considéré que j'étais trop blanche pour être Ivoirienne. La Nationalité Française m'a aussi été refusé parce que je suis trop noire pour être Française.

Pourtant je suis née d'un père Français et d'une mère Ivoirienne, je n'ai pas choisi d'être métisse et encore moins de fuir mon pays de naissance à cause de la guerre.

Je suis arrivée en France en 2005, bien que j'avais de la famille ici, J'ai connue l'ébergement d'urgence, j'ai été accueillie par des personnes que je ne connaissais pas, ces personnes n' étaient ni mon père, ni ma mère, ni mon frère, ni ma sœur, pourtant il se sont soucié de moi. J'ai été guidé, accompagnée, ce qui m'a donné beaucoup de courage car aujourd'hui j'ai trouvé ma place et je ne  me sens plus différente.

C'est pourquoi, je voudrai profiter de ce jour pour remercié toute les personnes qui contribuent à donner aux migrants une dignité humaine, c'elle qu'on perd quand on est obligé de fuir la guerre ou la pauvreté. Jésus Christ Nous a dit frapper et on vous ouvrira, demandez et on vous donnera.

 

Merci de continuer à ouvrir à ceux qui frappent et merci de continuer à donner à ceux qui demandent.

 

Marie

 

     Quand on est étrangers on ne parle pas aux autres. Si je ne vous parle pas comment allez-vous savoir qui je suis et ce que je pense ? Je suis étrangère par la parole, mais Dieu a une seule langue. Celle de nous aimer les uns les autres qu’allons devenir si nous nous rendons étranger à la parole ?

C’est pour cela, que pour cette 100ème journée mondiale du migrant et du réfugié, je tenais à me faire connaître.

Quand j’ai quitté mon pays le Kosovo en 2011, toute ma famille était menacée par la police serbe, parce que mon père, prothésiste dentaire travaillait dans un hôpital en Serbie, pays à majorité chrétienne, et a soigné des patients venant du Kosovo, pays à majorité musulmane. Considéré comme un traître, il a été tué une nuit alors qu’il était de garde à l’hôpital.

Dans notre village, les affrontements devaient de plus en plus violents, il y avait des barrages sur les routes. Des persécutions et interpellations accompagnées de violences. Mes enfants ne pouvaient plus aller à l’école, mon mari ne pouvait plus exercer son métier de chauffeur de taxi, il était en danger permanent, ma mère veuve, était surveillée et menacée de mort par la police on l’accusait d’être la complice de mon père. La vie devenait un enfer.

Nous avons décidé de fuir, laissant derrière nous, tout ce que nous avions construit « NOTRE VIE », nous n’avions pas pu faire le deuil de l’être cher que nous venions de perdre.

Nous avons traversé l’Albanie à pieds, c’était assez dangereux, puis nous sommes passés par l’Italie. Chaque pays, chaque ville que nous traversions, nous coûtait beaucoup d’argent.

Nous sommes arrivés en France, épuisés, tristes, sans rien, nous avons été dirigés tout d’abord à l’hôtel Central de Fameck pendant 3 ans, puis sans aucune raison, nous avons été transférés dans des conditions déplorables, dans des anciennes casernes militaires de Montigny les Metz. Tout était à refaire, nouvelles adaptations : changement d’école pour les enfants, créer des nouveaux liens avec d’autres familles, changement de médecins, etc. etc….

Notre parcours fût long et difficile, adaptation d’une nouvelle culture, d’une nouvelle langue, nous étions confrontés à des refus administratifs pour l’obtention de nos titres de séjour, des démarches interminables…Apprendre la langue, vivre  sans laisser paraître nos angoisses et nos souffrances et nos  douleurs à nos enfants, chaque jour, de la joie à nos enfants. Ce périple a duré 5 ans.

Aujourd’hui, grâce à cette terre d’asile où nous avons été accueillis et soutenus par des personnes qui comprennent la souffrance de l’exil, nous avons obtenus notre titre de séjour en mars dernier.

Tous nos efforts allaient être récompensés, mon mari a trouvé du travail en CDI, moi-même j’ai obtenu un contrat intérim, un logement m’a été attribué, mes enfants seront scolarisés dans la même école, ma mère veuve et malade vit avec nous.

Aujourd’hui, au Kosovo c’est encore difficile, la vie n’est pas sûre. Ill n’’y a pas de travail, on n’est pas sûrs de manger tous les jours. Après la guerre, il n’y a plus de fleurs, il n’y a que des armes…..

Rien n’est encore acquis mais notre persévérance, notre force dans la foi, nous aideront à continuer notre chemin vers un « monde meilleur ».

Ceci est mon histoire et celle de ma famille, N., mariée et maman de  3 enfants.

La lumière de chaque jour, est une lueur d’espoir pour le demandeur d’asile. Et pour cet espoir, je vous offre ce petit bouquet de fleur pour la paix et la liberté. (Bouquet déposé dans l’église)

 

 

PASTO MIGRANTSQu'est-ce que la Journée mondiale du Migrant et du Réfugié ?


À la suite du Christ qui s'est lui-même identifié à l'étranger (Mt 25, 35), l'Église a toujours eu le souci de celui que l'éloignement de sa terre natale fragilise.
En 1914, le pape Benoit XV a institué une Journée mondiale du migrant et du réfugié. La date, alors fixée librement par les diocèses, donnait lieu à diverses messes des nations,  fêtes des peuples ou journées de partage et d'accueil tout au long de l'année...

En 1969, le pape Paul VI rappelait que la célébration de cette journée doit tendre à ce que les membres du peuple de Dieu connaissent mieux leurs devoirs et prennent leurs propres responsabilités dans le soutien des œuvres en faveur des personnes en migration. La même année était créé le Conseil Pontifical pour la pastorale des migrants.

En novembre 2004, le pape Jean Paul II décidait que cette journée serait célébrée à une date unique pour toute l'Église, le deuxième dimanche après le 6 janvier.

Avec l'instruction Erga migrantes caritas Christi, publiée en mai 2004, le pape Jean-Paul II réaffirme l'importance de cette date: "La célébration annuelle de la jJurnée mondiale du migrant et du réfugié sera l'occasion de redoubler d'efforts ... afin que nous puissions être aidés à vivre ensemble devant Dieu - au même moment - un jour de prière, d'action et de sacrifice pour la cause des migrants et des réfugiés".

Par cette journée, l'Eglise catholique veut rappeler, de par le monde, ses convictions et ses engagements pour que soient respectés et reconnus dansleurs droits et dignité les migrants, les réfugiés, les demandeurs d'asile et tous les hommes et femmes de la migration. Les catholiques devront mettre à profit cette journée pour renouveler dans la foi leur confiance en Jésus-Christ, visage d'un Dieu Père de tous les hommes, de toutes langues, origines et cultures.

En France tous les catholiques s'unissent à la prière de l'Église universelle pour les peuples migrants. Comme l'explique Mgr Claude Schockert, évêque de Belfort-Montbéliard, responsable de la pastorale des migrants, l'enjeu est de faire avancer « la construction de la fraternité universelle, base indispensable d'une véritable justice et condition de la paix » en « aidant chaque communauté chrétienne à s'ouvrir aux questions que soulève la présence des migrants et des exilés chez nous. »

Pour que les communautés locales vivent pleinement cette journée, le Service national de la pastorale des migrants et des personnes itinérantes met à disposition des équipes diocésaines un ensemble d'outils : propositions liturgiques, d'actions, pistes de réflexions...

 

100ème journée du migrant et du réfugié

 

Le 19 janvier 2014, l'Eglise catholique célèbrera la 100ème journée mondiale du migrant et du réfugié.

Le thème pour cette journée, annoncé par le Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Personnes en Déplacement : «Migrants et réfugiés : vers un monde meilleur».

 

 

 

  Que signifie le thème de cette Journée : « Migrants et Réfugiés : vers un monde meilleur » ? L’expression est ambigüe car on pourrait y voir un monde matérialiste avec tous les risques que dénonçait le pape Benoît XVI dans l’encyclique Caritas in Veritate n. 51, de vouloir trouver son bonheur dans la consommation de biens matériels et le bonheur à tout prix tel que nous le connaissons dans nos sociétés occidentales.  […]

La situation du monde est préoccupante. Les guerres et les soulèvements poussent de nombreuses familles à se déplacer pour survivre en prenant de grands risques. En visitant l’île de Lampedusa en juillet 2013, le pape François a voulu lancer un appel à toute l’humanité.   

En faisant référence au livre de la Genèse où Caïn vient de tuer son frère Abel, le Pape affirmait : « “Où est ton frère ?”, la voix de son sang crie vers moi, dit Dieu. Ce n’est pas une question adressée aux autres, c’est une question adressée à moi, à toi, à chacun de nous. Ceux-ci parmi nos frères et sœurs cherchaient à sortir de situations difficiles pour trouver un peu de sérénité et de paix ; ils cherchaient un rang meilleur pour eux et pour leurs familles, mais ils ont trouvé la mort » et il ajoutait : « Qui de nous a pleuré pour ce fait et pour les faits comme celui-ci ? Qui a pleuré pour la mort de ces frères et sœurs ? Qui a pleuré pour ces personnes qui étaient sur le bateau ? Pour les jeunes mamans qui portaient leurs enfants ? Pour ces hommes qui désiraient quelque chose pour soutenir leurs propres familles ? Nous sommes une société qui a oublié l’expérience des pleurs, du “souffrir avec” : la mondialisation de l’indifférence nous a ôté la capacité de pleurer » ! 

Nous savons à quel point la question des migrations est un sujet tabou en France. Nous avons mille fois raison de dénoncer les trafics en tous genres qui se développent autour des migrations, le pape François les a dénoncés aussi à Lampedusa, mais avec notre foi et notre amour, sachons aussi nous engager là où nous sommes, pour que les migrants et réfugiés qui arrivent en France puissent trouver les personnes qui les aident et les moyens de grandir humainement et spirituellement.   

Laurent DOGNIN Evêque auxiliaire de Bordeaux

Délégué des évêques auprès du Service National de la Pastorale

des Migrants et des Personnes Itinérantes

 

 

 

 

PRIERE POUR LA JOURNEE MONDIALE DU MIGRANT ET DU REFUGIE

 

Seigneur, Père de tous les hommes de toutes cultures et toutes origines,

Regarde notre monde séparé par les frontières, déchiré par les guerres,

défiguré par la faim et l’injustice, divisé par nos peurs et nos préjugés.

Tant de migrants y errent à la recherche d’un avenir meilleur.

En Jésus Christ, tu es venu relever l’humanité,

tu as semé l’amitié et la confiance en nos cœurs,

tu nous as montré le chemin du partage et de la rencontre, tu nous as ouvert les yeux pour nous reconnaître frères et sœurs,

tu nous as rappelé que chacun a du prix à tes yeux.

Remplis nos cœurs de ton Esprit Saint, pour que nous vivions comme tes enfants,

unis dans la diversité de nos cultures.

Que ton Règne advienne, règne de paix, de justice et de

Fraternité pour tous les peuples de la terre.

Amen.

 

 

  Des cours de FLE ont lieu dans différentes villes :

 

Voir article RL  18 janvier 2014    Page 1 

 

 

 2014 01 18 RL FLE+100°JMMR 

 

Voir   Page 3

------------------------------------------

Voir aussi Républicain Lorrain édition Metz,

Une famille Rwandaise

''NOUS AVONS OBTENU LA NATIONALITE EN 2007



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Communauté de paroisses de la Sainte Famille - dans Pastorale des migrants
commenter cet article

commentaires